Sans le cinéma, la vie serait une erreur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La vie rêvée des anges

Dans Libération, un article intitulé Brisseau et le sexe des « Anges » sur le tournage du dernier film du meilleur réalisateur du monde.

Dans le même journal, sa réponse à Charlotte Valandrey sur le choix de Vanessa Paradis pour le film « Noce blanche », alors que Charlotte Valandrey était séropositive.

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le dimanche 30 octobre 2005 à 19:31, par poline

Brisseau accorde sa confiance par bravade à Charlotte Valandrey? A tel point que ça le dérange qu'elle soit un peu ronde?Conaissant sa maladie, il lui impose un régime sévère?Donc devant quelques rondeurs(qui ne pouvaient être que charmantes et représentatives de jeunes femmes sensuelles),il décide de voir d'autres comédiennes.
De quel choix artistique parle-t'il?Il faut sortir de sa coquille Mr Brisseau, reconnaître que l'art ne repose pas sur des rondeurs, qu'on a été loin d'être brave, qu'à la rigueur, on ne connaissait pas le sens de ce mot et qu'il nous est toujours inconnu.

2. Le jeudi 3 novembre 2005 à 14:51, par pb :: site

Ce genre de polémique ne me parait pas d'un très grand intérêt. L'important, c'est le cinéma, c'est-à-dire les films. Dans Noce Blanche, l'héroïne est fragile et tourmentée, donc une comédienne "ronde et sensuelle" n'aurait pas vraiment convenue. Et franchement, on a du mal à imaginer Noce Blanche sans Vanessa Paradis.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.